Les fonds patrimoniaux de la Bibliothèque universitaire de Perpignan

Des collections aux multiples visages

Constitués de plus de 10 000 imprimés auxquels s’ajoutent les archives et photographies, les fonds patrimoniaux de la Bibliothèque universitaire de Perpignan se développent dans deux directions : conserver la mémoire de l’Université et des établissements d’enseignement locaux ; témoigner de la vitalité intellectuelle, littéraire, culturelle de la Catalogne nord.

Conserver la mémoire de l’Université et des établissements d’enseignement locaux

Le noyau de départ du fonds patrimonial est un ensemble d’ouvrages du XVIe au XVIIIe siècle issu de la succession Lafabrègue et ayant appartenu à des professeurs de l’Université de Perpignan tels les Jaubert-Campagne ou les Jaume. D’autres ouvrages sont issus des collections du Collège royal de Perpignan, tenu par les Jésuites. Si la théologie et le droit y dominent, l’histoire, la médecine et l’économie y sont également présents. Le fonds Félicien et Henri Maudet présente quant à lui les bibliothèques personnelles d’un supérieur du Grand séminaire de Perpignan et  d’un avocat : il permet de comprendre la culture de deux frères qui ont connu une ascension sociale rapide dans la première moitié du XXe siècle. C’est un témoignage sur la culture pédagogique des clercs.

Joseph Jaume, Traité des secondes noces, manuscrit du XVIIIe siècle. Coll. Bibliothèque universitaire de Perpignan. Disponible en ligne sur Estudi : https://estudi.univ-perp.fr/items/show/10

De cette période date aussi la Bibliothèque générale du Collège de garçons de Perpignan que nous a donnée le lycée Arago. Cet ensemble de près d’un millier d’ouvrages est un témoignage magnifique de ce qui composait la bibliothèque d’un grand établissement scolaire de la IIIe République. S’y retrouvent les grands noms de la littérature classique, les historiens du roman national, les intellectuels positivistes.

Enfin, le fonds Mexicain présente près de 6500 documents (ouvrages, revues, thèses, disques) concernant la civilisation mexicaine. Ce fonds remarquable est issu de l’Institut d’études mexicaines de l’Université de Perpignan fondé en 1974. Des chercheurs de renom ont constitué une collection précieuse permettant de couvrir par exemple l’épopée des Cristeros ou les transformations de Mexico. Des documents sur les civilisations précolombiennes sont également présents. Ce fonds devenu patrimonial permet de conserver la mémoire de la recherche de l’Université de Perpignan.

Témoigner de la vitalité intellectuelle, littéraire, culturelle de la Catalogne nord

Le second axe est constitué de plusieurs fonds patrimoniaux. Le premier d’entre eux et le plus prestigieux est le fonds Charles GRANDO (Carles Grandó en catalan), conservé à la Bibliothèque depuis 1977. Constitué de plus d’un millier d’ouvrages, d’archives, de photographies des reines des Jeux floraux du Roussillon et de collections de revues locales, ce fonds est un témoignage précieux sur la vie culturelle et littéraire du Roussillon et des régions voisines, vie à laquelle prit pleinement part Charles GRANDO, écrivain, poète, philologue, membre fondateur de l’Académie des Jeux floraux du Genêt d’Or.
Les fonds BATTLE et BRAZES permettent également d’illustrer la vitalité de la vie culturelle catalane, avec respectivement les manuscrits textuels et musicaux de celui qui fut le fondateur des Cantayres catalans, et les manuscrits littéraires du « poète du Vallespir ». Edmond BRAZES (1893-1980) succéda à Charles GRANDO comme secrétaire des jeux du Genêt d’Or. L’ensemble de son œuvre à l’état de manuscrit et de tapuscrit est contenue dans 22 carnets.

Carte linguistique du Roussillon par Charles Grando (calque et encre). Coll. Bibliothèque universitaire de Perpignan Disponible en ligne sur Estudi : https://estudi.univ-perp.fr/items/show/70

Outre les fonds de ces trois hommes de lettres « locaux », la Bibliothèque universitaire s’est enrichie également d’archives d’exilés de la Guerre d’Espagne, qui ont continué à animer la vie politique et culturelle catalane de l’autre côté de la frontière. Ainsi le fonds Jordi ARQUER est-il parvenu partiellement à la Bibliothèque. Personnage important de la vie politique sud-catalane (fondateur ou co-fondateur de plusieurs organisations politiques, écrivain et traducteur), il se réfugia à Perpignan après la Guerre d’Espagne et poursuivit ses activités en exil jusqu’à sa mort à Perpignan en 1981. Il avait constitué une bibliothèque et des archives historiques sur la Guerre d’Espagne, le marxisme et le mouvement ouvrier. Une partie de ce magnifique travail de collecte est aujourd’hui à la Bibliothèque.

José Peirats, La C.N.T. en la revolución española, Toulouse : ediciones C.N.T., 1951. Coll. Bibliothèque universitaire Perpignan. Fonds Arquer.

De même, le fonds QUERALT est le témoin de la continuation de l’activité culturelle des exilés de la Retirada en Catalogne nord. Josep QUERALT, qui avait créé sa maison d’Edition PROA en 1928 à Badalona décide de la relancer à Perpignan. Le fonds conservé est un ensemble très intéressant de correspondances entre éditeurs et autres acteurs de la vie littéraire catalane. La bibliothèque conserve de nombreuses premières éditions de la Maison PROA.

Dynamique d’accroissement et valorisation des fonds patrimoniaux

Une dynamique d’accroissement a été mise en oeuvre ces dernières années et de nouveaux fonds viennent enrichir régulièrement les collections de la Bibliothèque universitaire. Le don du Lycée Arago a été fait en 2013, le don PAGNON-MAUDET en 2015, le don BRAZES en 2016. Ces fonds en appellent d’autres qui viendront à leur tour accroître nos collections patrimoniales et permettre aux chercheurs de les consulter. Ces accroissements vont de pair avec une politique active de signalement et valorisation.  Des rangements et inventaires ont été réalisés pour les fonds QUERALT et ARQUER par Dominique BERNARDO, ancien enseignant-chercheur à l’UPVD. Un inventaire est en cours pour le fonds BRAZES.
Le référencement des documents est une priorité avec le catalogage des ouvrages du fonds GRANDO entre septembre et décembre 2016 par Julien CESTAC, un bibliothécaire dont le recrutement a été permis par l’ABES dans le cadre d’un appel à projet de rétroconversion remporté par la Bibliothèque universitaire. Le signalement des manuscrits du fonds GRANDO dans CALAMES est également en cours grâce au travail d’une élève conservatrice stagiaire de l’ENSSIB, Anaëlle Evrard. Enfin, le fonds mexicain est en cours de signalement dans le SUDOC. Le travail de valorisation passe également par l’organisation d’expositions comme ce fut le cas lors du centenaire du début de la Ire Guerre mondiale. Une exposition intitulée « La Grande guerre dans les fonds patrimoniaux de la BU » fut montée entre le 5 décembre 2014 et le 17 janvier 2015, avant de partir pour Ille-sur-Têt dans le cadre des journées Jordi Père CERDA. Ce fut l’occasion de faire découvrir quelques-uns des trésors de la Bibliothèque tirés surtout du fonds GRANDO. D’autres expositions devraient avoir lieu, notamment autour du fonds PAGNON-MAUDET.
Enfin le plus important travail de valorisation fut la création de la Bibliothèque numérique patrimoniale : « Estudi Perpinya 1350 ». Cette bibliothèque numérique, inaugurée par le Président de l’Université en décembre 2016 a été le fruit d’une collaboration entre la bibliothèque, Platinium, le service informatique et le service communication. Elle est pour l’instant composée de trois collections portant sur l’histoire de l’Université, sur la langue catalane avec les archives Grando, et sur les collections mexicaines. Dotée d’un carnet de recherche Hypothèses, Estudi est un outil majeur de valorisation de nos fonds. Espérons qu’elle rendra encore plus fructueuse la collaboration entre la bibliothèque, les étudiants en quête d’un sujet de travail universitaire, les enseignants et chercheurs de l’UPVD et d’ailleurs.

Une description détaillée des fonds patrimoniaux est disponible sur le site de la bibliothèque : http://bu.univ-perp.fr/fr/menu/ressources/fonds-patrimoniaux/

Audry Bettant, directeur du Service Commun de la Documentation de l’Université de Perpignan


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *