Une aventure mexicaine à l’Université de Perpignan. L’histoire de l’Institut d’Etudes Mexicaines (1974-1984).

Par Daniel Meyran

Professeur des universités émérite

Membre fondateur de l’IEM puis du CRILAUP (Centre de Recherches Ibériques et Latino-américaines de l’Université de Perpignan).

Je tiens à remercier d’abord Etienne Rouziés et la bibliothèque universitaire de l’Université de Perpignan de me permettre de rajeunir et, grâce à la bibliothèque numérique et à son carnet Estudi, de faire vivre le fonds mexicain, unique en France, comme l’avait remarqué avec intérêt un préfet « célèbre » lors de l’inauguration de la nouvelle bibliothèque universitaire en 1998 à Perpignan. Merci à M. le Président de l’Université, M. Fabrice Lorente, pour sa volonté de ne pas oublier le patrimoine mexicain de cette université catalane.

La Faculté pluridisciplinaire du Centre universitaire de Perpignan, à mon arrivée, en septembre 1972, était logée dans des bâtiments préfabriqués (F, I, J, K, L) de l’autre côté du chemin de la Passio Vella (préfabriqués qui ont disparu aujourd’hui). Dès sa création, en mai 1974, l’Institut d’Études Mexicaines y occupa une salle du bâtiment K qui tenait lieu de bureau, de salle de travail et surtout de bibliothèque, une bibliothèque dont le fonds de plus de 5000 ouvrages était constitué, essentiellement, par le legs Daniel Cosío Villegas et par d’autres donations et abonnements. Don Daniel nous avait encouragés : «préparez-nous, là-bas, un refuge confortable pour le jour où l’exil…» avait-il dit à Jean Meyer. Mais comment en était-on arrivé là ? Comment comprendre la naissance d’un Institut d’ Etudes Mexicaines à Perpignan ?

Daniel Meyran, Jacques Issorel, Jean Meyer, Louis Panabière, Bernard Leblon : les fondateurs de l’IEM (milieu des années 1970) Coll. Part.

Tout a commencé par une convergence d’intérêts scientifiques entre jeunes hispanistes et historiens : Jacques Issorel, Bernard Leblon, Jean Meyer, Louis Panabière et moi-même. A part Bernard Leblon, hispaniste et spécialiste des gitans d’Espagne, déjà en poste en 1972, nous venions tous d’être nommés au Centre universitaire de Perpignan et tous nous souhaitions nous affranchir de la tutelle montpelliéraine pour mener nos recherches mexicanistes. Issorel travaillait alors sur le poète Xavier Villaurrutia (il quitterait bientôt le Mexique pour l’Espagne andalouse), Panabière sur le poète essayiste Jorge Cuesta et moi-même sur le dramaturge et poète Rodolfo Usigli. Nous étions de jeunes assistants agrégés pleins d’enthousiasme et Jean Meyer, tout aussi jeune mais déjà professeur des universités (il avait 32 ans en 1973 date de sa nomination à Perpignan), allait nous fédérer et nous faire profiter de ses contacts au Mexique. Il faut dire que cette rencontre se faisait sur fond des années 70, dans la ferveur de l’après 68, où tout était possible pour l’université française et pour le tout récent Centre universitaire perpignanais. Il faut dire, aussi, que nous allions profiter de l’expérience mexicaine de Louis Panabière qui, après un séjour d’une dizaine d’années comme directeur d’Alliances françaises à Mexico, venait d’être nommé à Perpignan. L’idée de créer un Centre de recherches sur le Mexique (le premier de la Faculté pluridisciplinaire des Sciences Humaines et Sociales du Centre universitaire qui venait à peine d’avoir l’habilitation à délivrer des maîtrises particulièrement en Espagnol…) relevait d’une gageure et allait créer des jalousies. C’était compter sans notre volonté de faire du Mexique un axe fort de la future université de Perpignan Via Domitia.

Le 30 mai 1974, le premier Centre de Recherches Hispano-américaines de la Faculté pluridisciplinaire des sciences humaines et sociales du Centre universitaire de Perpignan voyait le jour, il s’appellerait Institut d’Etudes Mexicaines : « …Créé à des fins très précises de recherche sur la littérature et l’histoire du Mexique » et les statuts de souligner à l’article 3, alinéa b «  cette définition première n’est nullement limitative. Elle correspond à la présence actuelle de littéraires et d’un historien mexicanistes. La volonté pluridisciplinaire qui anime cette création se manifestera par l’accueil qui sera fait aux économistes, géographes, sociologues… » et plus loin alinéa c :  « la coopération de tous les mexicanistes français ou étrangers est chaleureusement souhaitée. ». C’était le premier pas et le bon. Il fallait maintenant mettre la main à la pâte et montrer aux instances universitaires qu’elles n’avaient pas eu tort de nous faire confiance. Pas d’ordinateurs, pas de traitement de texte encore mais un nouvel outil, l’offset, qui allait nous permettre de lancer, dès novembre de la même année, ce qui serait notre fer de lance et un trait d’union entre la France, le Mexique et le monde, le Bulletin de l’Institut d’Etudes Mexicaines , « le bulletin prendra la forme très libre d’une lettre d’informations sur le Mexique et les études mexicaines. Il pourra publier des études de toute provenance » (alinéa g des statuts).

N°1 du Bulletin de l’IEM, Centre universitaire de Perpignan, novembre 1974. Disponible en ligne sur ESTUDI : https://estudi.univ-perp.fr/items/show/24 Coll. BU Perpignan

Il deviendrait bientôt L’Ordinaire du mexicaniste. Ce bulletin était gratuit, modeste, amical mais informatif, impossible sans « l’aide des amis mexicains ». Chacun avait un rôle à jouer dans l’équipe, de l’organisation de la bibliothèque à la confection des 300 enveloppes mensuelles correspondant aux envois de l’Ordinaire mais l’essentiel reposait sur les épaules de Jean Meyer et de Louis Panabière, c’était eux qui connaissaient les réseaux mexicains. Personnellement j’avais été chargé d’établir pour le numéro 1 la liste des travaux en cours sur le Mexique en France puis pour le numéro 2 la liste approximative des enseignements universitaires en cours en France sur le Mexique, par exemple. Le bulletin d’une cinquantaine de pages était mensuel, au rythme de huit livraisons par an, étant donné l’interruption au moment des vacances. Pas de secrétariat, nous fournissions nous même nos textes dactylographiés ou parfois manuscrits. L’important était de donner de l’information, nous utilisions, entre autres, des reprint d’articles de presse, des extraits d’ouvrages ou de bandes dessinées pouvant intéresser le lecteur mexicaniste. Plus de la moitié du tirage des 300 exemplaires servait à des échanges avec des revues et périodiques mexicains, ce qui nous permettait d’alimenter notre bibliothèque, et aussi à des hommages auprès de personnalités de la culture et de l’université mexicaines. Il fallait tenir et nous surprenions tous nos collègues, en particulier les amis toulousains.

Outre la composition du bulletin, nous organisions, de façon hebdomadaire, un séminaire de recherche et de discussion ouvert à tous nos collègues perpignanais, et beaucoup jouèrent le jeu, je pense à Joan Becat et à Jean Pavageau. Je me souviens, à l’occasion de l’élection présidentielle de 1976 au Mexique, d’un séminaire sur la constitution mexicaine animé par nos constitutionnalistes locaux Claude Barate et Georges Riéra, ou d’un autre sur « la révolution mexicaine vue par le cinéma » sous l’égide de l’Institut Jean Vigo et de Marcel Oms. Le fait majeur, cependant, de notre activité fut la préparation et l’organisation à Perpignan en mai 76 du 1er Congrès International des mexicanistes. Ce congrès reçut l’aide efficace au Mexique de Don Daniel Cosío Villegas (disparu quelques jours avant son ouverture), de Mario Ojeda qui nous obtint l’appui institutionnel du Colegio de México, du CONACYT (CNRS mexicain), de l’UNAM (université nationale autonome de Mexico), et du Fondo de Cultura Económica qui accepta d’en publier les Actes. Grâce à de tels soutiens, le CNRS, le Secrétariat aux Universités, la Ville de Perpignan, le Conseil Général et le Centre universitaire à son niveau, financèrent l’entreprise.

Le Mexique en 1976 : actes du congrès international des Mexicanistes, Perpignan mai 1976. Disponible en ligne sur Estudi : https://estudi.univ-perp.fr/items/show/116 Coll. BU Perpignan

Le Congrès eut lieu au Palais des Congrès de la ville et dura cinq jours du 10 au 15 mai 1976. Y participèrent physiquement Mario Ojeda, Julio Labastida, Roger Bartra, Rafael Segovia, José Sánchez González, Leopoldo Solís, Alejandro Moreno Toscano, Carlos Monsivais, Gabriel Zaid, Tomás Segovia, Leopoldo Flores et Peter Calvert, Stanley Ross, Henri Favre, Jean Revel Mouroz, Jean Pierre Berthe… Bref, l’intelligentsia mexicaine, anglaise, états-unienne et française était perpignanaise, une belle récompense pour tous nos efforts.

Parmi les temps forts de notre activité, il faut souligner, la même année, autour de l’Ordinaire, notre engagement dans la défense de la liberté de la presse face a l’  « excelsiorazo » (sorte de coup d’Etat dans le quotidien El Excelsior de México), la naissance du Colegio de Michoacan à Zamora ou encore la création d’une revue Etudes Mexicaines publiée sur les presses de l’imprimerie du Castillet à Perpignan de 1978 à 1984.

N°6 de la revue Etudes Mexicaines, IEM, Université de Perpignan, 1983. Collection BU de Perpignan, IEM 146. Illustration de couverture : Alfredo Larrauri.

La revue, de belle facture, avec un comité de rédaction composé de Jacques Issorel, Jean Meyer, Daniel Meyran, Louis Panabière auxquels viennent s’ajouter pour les deux derniers numéros : Enrique Forescano, Luis Gonzalez et Enrique Krause, accueillait, outre les membres de l’IEM et d’autres universitaires français, des personnalités comme Tomas Segovia, José Bergamín, Carlos Montemayor, Carlos Monsivais, JMG Le Clézio, John Womack, Gabriel Zaïd, Gustavo Sainz, Adolfo Castañon, Roderic Camp. Enrique Krause, Luis Gonzalez… et des peintres pour illustrer les premières de couverture comme Leopoldo Flores (n*1 et 7), Juan Luis Diaz (n*2), Zalathiel Vargas (n*3), José Luis Cuevas (n*5), de Alfredo Larrauri (n*6). J’avais moi même fourni deux articles pour les numéros 1 et 5. Perpignan se mettait à l’heure mexicaine et le resterait longtemps. L’américanité hispanique à travers la mexicanité s’implantait à l’université de Perpignan et rayonnait très vite au plan national et international. Mais à l’automne 1984, après 10 ans de vie intense, l’Institut d’Études Mexicaines cessait d’exister, la revue Études Mexicaines sortait son dernier numéro, le septième, Jean Meyer et Louis Panabière qui regagnaient le Mexique l’un directeur du CEMCA l’autre attaché culturel, prenaient congé de tous les amis connus et inconnus qui nous avaient accompagnés durant toutes ces années. L’Ordinaire du mexicaniste interrompait alors sa vie perpignanaise au numéro 85 mais renaissait à Toulouse grâce à l’appui de Claude Bataillon et de Perla Cohen. Jacques Issorel avait rejoint les recherches hispaniques et quitté le Mexique, je restais seul mexicaniste en poste avec la ferme volonté de continuer, comment ?

J’étais doyen de la faculté pluridisciplinaire en 1984 (élu en 1981) et je ne voulais pas perdre ce bel outil qu’était le fonds mexicain. Je fis tout ce qui était en mon pouvoir pour le conserver et cela grâce à la direction de la bibliothèque universitaire de Perpignan qui l’accueillit dans ses murs où il se trouve aujourd’hui.

Le fonds mexicain en 2017, BU de Perpignan.

En même temps, les études mexicaines allaient prendre un nouvel élan avec la création du CRILAUP (Centre de recherches ibériques et latino-américaines de l’université de Perpignan), plus englobant et généraliste, conforté par la création d’un DEA (diplôme d’études approfondies) d’études ibériques et latino-américaines qui allait devenir un des axes forts de la recherche en lettres et sciences humaines. J’allais y développer les Études mexicaines à nouveau sous l’angle de la recherche théâtrale, mais cela est une autre histoire….

Perpignan, de toute façon, était devenue Perpitlan.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *