Au fil des dédicaces : la bibliothèque poétique du poète Pierre Fons

Vœu

Lorsque je serai mort loin de ce lit d’enfant

Où mes rêves craintifs dormaient près de mon père,

La Nuit me mènera las enfin de chimère

Au tombeau des aïeux dont j’ai rêvé souvent.

Pierre Fons

Dos de livres ayant appartenu à Pierre Fons

Le poète Pierre Fons (1880-1917) vient de rejoindre les fonds de la Bibliothèque Universitaire Droit-Lettres de l’Université de Perpignan Via Domitia avec un petit nombre de volumes de poésies d’auteurs français publiés au début du XXe siècle. Ils constituent un ensemble assez remarquable car 17 de ces volumes sur 19 possèdent un autographe adressé à Pierre Fons. Contemporains de Pierre Fons et oubliés aujourd’hui, ces auteurs ont pourtant marqué la production poétique du début du siècle, entre symbolisme, renaissance classique et « régionalisme ». Cet ensemble permet d’entrevoir les relations entre ces différents poètes, entre envois formels et envois affectifs, mais également et plus subtilement entre deux régions, l’une occitane, l’autre catalane (le Roussillon). Pierre Fons meurt « pour la France » le 23 avril 1917 à Cambo-les-Bains dans les Pyrénées-Atlantiques.

Petite biographie

Une Anthologie des poètes du Midi : morceaux choisis accompagnés de notices biographiques et d’un essai de bibliographie… par Raoul Davray & Henry Rigal parue à Paris chez Ollendorff en 1908 [texte en ligne] donne la biographie suivante du poète :

« Né à Toulouse le 16 juillet 1880, M. Pierre Fons, qui appartient à une famille d’érudits et de jurisconsultes aux lointaines origines italiennes, a fait au lycée de sa ville natale des études distinguées ; en finissant sa licence en droit, il commença de collaborer à de nombreuses revues méridionales et donna quelques plaquettes hors commerce ;
à 23 ans, Maître es Jeux Floraux, le jeune poète publia, avec une préface du noble romancier Emile Pouvillon, un volume d’élégies : l’Heure amoureuse et funéraire, dont l’Académie française a remarqué justement l’art subtil et la délicate passion. Essentiellement curieux, d’ailleurs, d’esthétique et de pensée, M. Fons travailla, dès lors, sans abandonner toutefois la poésie et parmi quelques voyages en France et en
Italie, à son important volume de prose, le Réveil de Pallas, série d’études critiques riches, pour les lettrés, d’une haute intelligence sensible. En 1907, il a écrit le Sully-Prudhomme
de la collection les Célébrités d’aujourd’hui et il fit en même temps dans la collection Scripta Brevia de l’éditeur Sansot une curieuse interprétation de la Renaissance italienne : le Décor du Quattrocento. A cette heure, vient de paraître son volume de nouveaux poèmes, plutôt philosophiques, la Divinité quotidienne. Ajoutons que M. Pierre Fons, soucieux aussi d’action pratique, est pour l’instant conseiller de préfecture de la Haute-Marne, tout en demeurant de cœur fidèle à sa patrie toulousaine qui a souvent fêté en lui, outre le très vrai poète, un conférencier écouté et le promoteur d’un beau théâtre de la nature ».

« Pierre Fons est un poète grave, hautainement mélancolique : une mystique inquiétude habite son âme ; il est profondément religieux, donc douloureux, émouvant…. » disait de lui Lucien Maury. Pierre Fons s’inscrit dans le symbolisme, influencé par la poésie du XIXe siècle.  Localement il est Maître es Jeux à l’Académie des Jeux Floraux de Toulouse et fait partie d’une école toulousaine, groupée autour de Marc Lafargue. Parmi ces poètes Georges Gaudion, Hélène Picard, Armand Praviel que nous retrouvons dans la bibliothèque de Pierre Fons. Signe annonciateur d’une renaissance classique pour Robert Sabatier (Histoire de la poésie Française, La poésie du 20e siècle. I, Tradition et évolution. Albin Michel, 1982) , où les poètes du sud de la Loire se vouaient « à une sorte de renaissance latine ». Léo Larguier en fait partie également. Petit parcours poétique à l’aune des dédicaces : Lire la suite

Juan Pascoe et le Taller Martín Pescador, un éditeur typographe mexicain

Loin de posséder les collections de la Princeton University Library ou de la Bancroft Library (Californie), la Bibliothèque Universitaire Droit-Lettres de l’Université de Perpignan conserve trois publications éditées et imprimées par Juan Pascoe, typographe, imprimeur, écrivain, éditeur et fondateur de l’imprimerie Taller Martín Pescador à Mexico (Mexique) en 1975. Le nom de cette imprimerie lui a été suggéré par l’écrivain et poète Roberto Bolaño. Né à Chicago en 1946 d’un père diplomate mexicain et d’une mère américaine, il s’établit au Mexique en 1973 après avoir fait ses armes d’apprenti typographe à la Cummington Press in West Branch, dans l’Iowa aux Etats-Unis. Au début il réalise tout lui-même, utilisant une presse typographique et des caractères en plomb, reliant ses livres à la main, puis, le succès aidant il prend des assistants mais il conserve l’aspect artisanal pour éditer ses livres. Il a publié des auteurs majeurs de la littérature d’Amérique latine comme Octavio Paz, Gabriel García Márquez, Efraín Huerta, Tomás Segovia,  Roberto Bolaño…

Ses éditions ne visent pas la bibliophilie mais l’union entre un texte original (poétique) et son support (format du livre, papier utilisé, reliure…). Depuis 1981, il a établi ses quartiers dans la municipalité de Tacámbaro, Michoacán où il continue à publier. Sa production se monte à plus d’une centaine d’ouvrages et à plusieurs centaines d’imprimés éphémères (affiches, plaquettes, cartons d’anniversaires, de mariage…) entre 1971 et 2014. Vous pouvez suivre Juan Pascoe sur Twitter.

Les trois ouvrages possédés par la BU Droit-Lettres proviennent de l’ancienne bibliothèque de l’ Institut d’Etudes Mexicaines de l’Université de Perpignan Via Domitia. Il s’agit de trois livres de poésie, les premières publications de jeunes auteurs, édités entre 1976 et 1977 à petit nombre. Ils peuvent être consultés sur place à la bibliothèque.

Reinventar el amor / Roberto Bolaño ; Carla Rippey. – [Mixcoac, México] : Taller Martín Pescador, 1976. – 1 vol. (20 p.) ; 26 cm.

Tirage à 225 exemplaires sur papier Ingres-Fabriana comportant une gravure en couverture et en page de titre de Carla Rippey, importante artiste née aux Etats-Unis et installée au Mexique en 1973. La reliure est toute simple, les feuillets étant attachés par un simple fil. Il s’agit du premier livre de poésie de Roberto Bolaño édité, fruit plus que probable d’une rencontre mexicaine avec Juan Pascoe.

Dos extremos : poemas / por Francisco Segovia. – México : Taller Martín Pescador, 1977. – 1 vol. ([24] p.) ; 18 cm. – (Colección La Hojarasca).

Il est dit dans le livre que « Juan Pascoe compuse esta plaquette en tipo Garmond & Castellar, y con el Consejo de Redacción de Anábasis ritó 250 ejemplares. »

C’est le premier livre de poésie de Francisco Segovia, poète mexicain.

La sibila de cumas / Verónica Volkow. – México : Taller Martín Pescador, 1977. – 1 vol. (15 p.) ; 21 cm

C’est le premier livre publié de Verónica Volkow, poète, essayiste et romancière mexicaine.

Pour en savoir plus sur les poètes édités par Juan Pascoe et l’importance de cet éditeur :  La generación de poetas del Taller Martín Pescador par Alfredo Cabildo Salomón. Casa Del Tiempo, 1999, vol IV, n°24 (pdf)

Les fonds patrimoniaux de la Bibliothèque universitaire de Perpignan

Des collections aux multiples visages

Constitués de plus de 10 000 imprimés auxquels s’ajoutent les archives et photographies, les fonds patrimoniaux de la Bibliothèque universitaire de Perpignan se développent dans deux directions : conserver la mémoire de l’Université et des établissements d’enseignement locaux ; témoigner de la vitalité intellectuelle, littéraire, culturelle de la Catalogne nord.

Conserver la mémoire de l’Université et des établissements d’enseignement locaux

Le noyau de départ du fonds patrimonial est un ensemble d’ouvrages du XVIe au XVIIIe siècle issu de la succession Lafabrègue et ayant appartenu à des professeurs de l’Université de Perpignan tels les Jaubert-Campagne ou les Jaume. D’autres ouvrages sont issus des collections du Collège royal de Perpignan, tenu par les Jésuites. Si la théologie et le droit y dominent, l’histoire, la médecine et l’économie y sont également présents. Le fonds Félicien et Henri Maudet présente quant à lui les bibliothèques personnelles d’un supérieur du Grand séminaire de Perpignan et  d’un avocat : il permet de comprendre la culture de deux frères qui ont connu une ascension sociale rapide dans la première moitié du XXe siècle. C’est un témoignage sur la culture pédagogique des clercs.

Joseph Jaume, Traité des secondes noces, manuscrit du XVIIIe siècle. Coll. Bibliothèque universitaire de Perpignan. Disponible en ligne sur Estudi : https://estudi.univ-perp.fr/items/show/10

De cette période date aussi la Bibliothèque générale du Collège de garçons de Perpignan que nous a donnée le lycée Arago. Cet ensemble de près d’un millier d’ouvrages est un témoignage magnifique de ce qui composait la bibliothèque d’un grand établissement scolaire de la IIIe République. S’y retrouvent les grands noms de la littérature classique, les historiens du roman national, les intellectuels positivistes. Lire la suite

Une aventure mexicaine à l’Université de Perpignan. L’histoire de l’Institut d’Etudes Mexicaines (1974-1984).

Par Daniel Meyran

Professeur des universités émérite

Membre fondateur de l’IEM puis du CRILAUP (Centre de Recherches Ibériques et Latino-américaines de l’Université de Perpignan).

Je tiens à remercier d’abord Etienne Rouziés et la bibliothèque universitaire de l’Université de Perpignan de me permettre de rajeunir et, grâce à la bibliothèque numérique et à son carnet Estudi, de faire vivre le fonds mexicain, unique en France, comme l’avait remarqué avec intérêt un préfet « célèbre » lors de l’inauguration de la nouvelle bibliothèque universitaire en 1998 à Perpignan. Merci à M. le Président de l’Université, M. Fabrice Lorente, pour sa volonté de ne pas oublier le patrimoine mexicain de cette université catalane.

La Faculté pluridisciplinaire du Centre universitaire de Perpignan, à mon arrivée, en septembre 1972, était logée dans des bâtiments préfabriqués (F, I, J, K, L) de l’autre côté du chemin de la Passio Vella (préfabriqués qui ont disparu aujourd’hui). Dès sa création, en mai 1974, l’Institut d’Études Mexicaines y occupa une salle du bâtiment K qui tenait lieu de bureau, de salle de travail et surtout de bibliothèque, une bibliothèque dont le fonds de plus de 5000 ouvrages était constitué, essentiellement, par le legs Daniel Cosío Villegas et par d’autres donations et abonnements. Don Daniel nous avait encouragés : «préparez-nous, là-bas, un refuge confortable pour le jour où l’exil…» avait-il dit à Jean Meyer. Mais comment en était-on arrivé là ? Comment comprendre la naissance d’un Institut d’ Etudes Mexicaines à Perpignan ?

Daniel Meyran, Jacques Issorel, Jean Meyer, Louis Panabière, Bernard Leblon : les fondateurs de l’IEM (milieu des années 1970) Coll. Part.

Lire la suite

Enrichir Wikipédia avec la bibliothèque numérique patrimoniale et vice-versa

Les documents numérisés dans la bibliothèque numérique Estudi sont visibles en faisant une recherche sur le site, en utilisant un moteur de recherche, un métamoteur comme Isidore, ou encore par l’intermédiaire d’une autre bibliothèque numérique qui utilise le moissonnage pour récupérer les notices comme c’est en projet avec Gallica.

recherche_estudi_google

Estudi dans le moteur de recherche Google

Un article du carnet Hypothèses permet de présenter un document numérisé et de décrire ses particularités, sa richesse, son histoire. Mais cela ne peut se faire que pour quelques documents.  De même le compte Twitter ou Facebook d’Estudi permet de mettre en avant les documents mais leur valorisation est limitée à ces réseaux sociaux.

Afin de toucher le plus grand nombre, nous avons décidé d’utiliser l’encyclopédie contributive Wikipédia, mondialement connue et massivement consultée (5e site le plus visité au monde). Très ouverte, tout le monde peut  participer, proposer de nouveaux articles ou des modifications.

Pour nous il s’agit d’enrichir l’encyclopédie de deux façons : création ou amélioration d’articles, création de liens vers les documents numérisés. Lire la suite

ESTUDI : une bibliothèque numérique au service de la valorisation du patrimoine universitaire

La bibliothèque universitaire de l’Université de  Perpignan conserve des collections patrimoniales variées : archives littéraires catalanes, livres anciens, bibliothèque de l’Institut d’Etudes Mexicaines, ouvrages relatifs à l’histoire de l’université.

capturejaume

Manuscrit du Traité des secondes noces de Joseph Jaume, 1791. Collection Bibliothèque universitaire de Perpignan. Domaine Public.

Cet ensemble intéressant d’un point de vue scientifique était jusque-là difficilement accessible. Afin qu’il soit mieux connu, identifié et valorisé, un projet de bibliothèque numérique a été monté par la bibliothèque universitaire, à l’instar des grandes bibliothèques numériques universitaires comme Babordnum à Bordeaux, Tolosana à Toulouse ou encore la Bibliothèque patrimoniale numérique de Mines ParisTech.

Après un an de travail (septembre 2015-décembre 2016), la bibliothèque numérique va être officiellement lancée le 15 décembre 2016. Elle s’appelle ESTUDI (prononcez « estoudi », c’est du catalan) avec pour sous-titre « Perpinyà 1350 ». Son nom renvoie au mot « étude » en catalan et à la dénomination catalane de l’université au Moyen Age : « Estudi major ». Quant à « Perpinyà 1350 »1, c’est un clin d’oeil à la fondation médiévale de l’université.

ESTUDI propose au feuilletage et au téléchargement des manuscrits, imprimés, photographies, cartes organisés en collections : Histoire de l’Université, Archives Charles Grando et langue catalane, Fonds mexicain. Pour les ouvrages imprimés où le traitement par reconnaissance de caractères a été possible, il permet de faire des recherches plein texte.

ESTUDI a été construit par la Bibliothèque universitaire et la Direction des services informatiques de l’Université en utilisant le logiciel libre Omeka, logiciel majoritaire dans les bibliothèques numériques universitaires.

ESTUDI est engagé du côté de l’Open Access : les documents appartenant au Domaine Public sont sous licence Public Domain Mark et les oeuvres sous droits placées sous Creative Commons.

ESTUDI n’aurait pas pu voir le jour sans l’acquisition par le service Platinium d’un numériseur adapté aux documents fragiles et anciens qui permet une numérisation HD.

La bibliothèque numérique sera présente sur les réseaux sociaux (twitter et facebook). Construite avec le logiciel Omeka, elle possèdera son entrepôt OAI-PMH et pourra donc être moissonnée par d’autres (Isidore, BnF, bibliothèques catalanes…).

Enfin, ESTUDI est dotée d’un carnet Hypothèses afin de développer la recherche et la médiation autour du corpus numérisé.

Etienne Rouziès / Chef de projet ESTUDI

  1. Aymat Catafau, « Les débuts de l’Université sous les rois d’Aragon », L’Université de Perpignan, l’une des plus anciennes universités d’Europe, Presses universitaires de Perpignan, 2013, p.11-69 []

ESTUDI : le carnet de la Bibliothèque numérique patrimoniale de l’Université de Perpignan

estudi-capture

Ce carnet est consacré à la bibliothèque numérique patrimoniale de l’Université de Perpignan : ESTUDI. Alimenté par les bibliothécaires et les chercheurs, il propose des articles sur les collections mises en ligne : Langue catalane, Fonds Mexicain, Histoire de l’Université de Perpignan. Il se fait aussi l’écho des réflexions menées sur la numérisation et la constitution de bibliothèques numériques. Le projet ESTUDI initié par le Service commun de documentation de Perpignan en 2015 aboutira fin 2016 au lancement d’une bibliothèque numérique patrimoniale pluridisciplinaire construite avec le logiciel libre Omeka.