Au fil des dédicaces : la bibliothèque poétique du poète Pierre Fons

Vœu

Lorsque je serai mort loin de ce lit d’enfant

Où mes rêves craintifs dormaient près de mon père,

La Nuit me mènera las enfin de chimère

Au tombeau des aïeux dont j’ai rêvé souvent.

Pierre Fons

Dos de livres ayant appartenu à Pierre Fons

Le poète Pierre Fons (1880-1917) vient de rejoindre les fonds de la Bibliothèque Universitaire Droit-Lettres de l’Université de Perpignan Via Domitia avec un petit nombre de volumes de poésies d’auteurs français publiés au début du XXe siècle. Ils constituent un ensemble assez remarquable car 17 de ces volumes sur 19 possèdent un autographe adressé à Pierre Fons. Contemporains de Pierre Fons et oubliés aujourd’hui, ces auteurs ont pourtant marqué la production poétique du début du siècle, entre symbolisme, renaissance classique et « régionalisme ». Cet ensemble permet d’entrevoir les relations entre ces différents poètes, entre envois formels et envois affectifs, mais également et plus subtilement entre deux régions, l’une occitane, l’autre catalane (le Roussillon). Pierre Fons meurt « pour la France » le 23 avril 1917 à Cambo-les-Bains dans les Pyrénées-Atlantiques.

Petite biographie

Une Anthologie des poètes du Midi : morceaux choisis accompagnés de notices biographiques et d’un essai de bibliographie… par Raoul Davray & Henry Rigal parue à Paris chez Ollendorff en 1908 [texte en ligne] donne la biographie suivante du poète :

« Né à Toulouse le 16 juillet 1880, M. Pierre Fons, qui appartient à une famille d’érudits et de jurisconsultes aux lointaines origines italiennes, a fait au lycée de sa ville natale des études distinguées ; en finissant sa licence en droit, il commença de collaborer à de nombreuses revues méridionales et donna quelques plaquettes hors commerce ;
à 23 ans, Maître es Jeux Floraux, le jeune poète publia, avec une préface du noble romancier Emile Pouvillon, un volume d’élégies : l’Heure amoureuse et funéraire, dont l’Académie française a remarqué justement l’art subtil et la délicate passion. Essentiellement curieux, d’ailleurs, d’esthétique et de pensée, M. Fons travailla, dès lors, sans abandonner toutefois la poésie et parmi quelques voyages en France et en
Italie, à son important volume de prose, le Réveil de Pallas, série d’études critiques riches, pour les lettrés, d’une haute intelligence sensible. En 1907, il a écrit le Sully-Prudhomme
de la collection les Célébrités d’aujourd’hui et il fit en même temps dans la collection Scripta Brevia de l’éditeur Sansot une curieuse interprétation de la Renaissance italienne : le Décor du Quattrocento. A cette heure, vient de paraître son volume de nouveaux poèmes, plutôt philosophiques, la Divinité quotidienne. Ajoutons que M. Pierre Fons, soucieux aussi d’action pratique, est pour l’instant conseiller de préfecture de la Haute-Marne, tout en demeurant de cœur fidèle à sa patrie toulousaine qui a souvent fêté en lui, outre le très vrai poète, un conférencier écouté et le promoteur d’un beau théâtre de la nature ».

« Pierre Fons est un poète grave, hautainement mélancolique : une mystique inquiétude habite son âme ; il est profondément religieux, donc douloureux, émouvant…. » disait de lui Lucien Maury. Pierre Fons s’inscrit dans le symbolisme, influencé par la poésie du XIXe siècle.  Localement il est Maître es Jeux à l’Académie des Jeux Floraux de Toulouse et fait partie d’une école toulousaine, groupée autour de Marc Lafargue. Parmi ces poètes Georges Gaudion, Hélène Picard, Armand Praviel que nous retrouvons dans la bibliothèque de Pierre Fons. Signe annonciateur d’une renaissance classique pour Robert Sabatier (Histoire de la poésie Française, La poésie du 20e siècle. I, Tradition et évolution. Albin Michel, 1982) , où les poètes du sud de la Loire se vouaient « à une sorte de renaissance latine ». Léo Larguier en fait partie également. Petit parcours poétique à l’aune des dédicaces :

Le Roussillon et l’Occitanie

Frédéric Saisset (1873-1953) est un poète néo-classique perpignanais et le fils d’Albert Saisset, célèbre poète catalan. Au Fil du rêve, publié en 1897, est préfacé par Georges Rodenbach qui « admire en lui le poète d’un curieux mélange ». Fait fils de Lamartine par Henri de Régnier, Frédéric Saisset est tombé dans l’oubli. La dédicace est adressée au « poète de l’Heure amoureuse et funéraire » (ouvrage paru en 1904 chez Stock), en remerciement des belles heures passées à lire ses poèmes et en témoignage de très sincère sympathie ».

Les Balcons sur la mer d’Henry Muchart (1873-1954) paraît à Paris chez les Editions de la Plume en 1901. Né à Arles-sur-Tech et décédé à Banyuls-sur-Mer, ce poète catalan a vu son livre également publié à Toulouse par la Société Provinciale d’Edition où l’on retrouve comme auteurs Daniel Thaly ou Marc Lafargue.

Les deux livres de Marc Lafargue (1876-1927) Le Jardin d’où l’on voit  la Vie et L’Age d’or ne sont pas dédicacés à Pierre Fons mais à Clément Monbrun. L’un de la part de Laura Lafargue, l’autre de la part de Marc Lafargue. Dans le numéro 2 de 1934 de la revue toulousaine L’Archer on apprend que Clément Monbrun est membre du Comité Marc Lafargue. A ses côtés Aristide Maillol, Charles Maurras ou encore Henry Muchart. En plus d’être poète et d’avoir défendu le patrimoine de sa ville de Toulouse, Marc Lafargue était peintre. Il s’est intéressé à la ville de Céret au début du XXe siècle. Ses descriptions intéresseront trois artistes à venir en Roussillon (Manuel Hugué dit Manolo, le peintre et mécène Franck Burty Haviland et le musicien Déodat de Séverac). On connait la suite…

La Bibliothèque de Toulouse conserve un fonds important du poète.

Les Flors d’Occitania de Prosper Estieu (1860-1939) ont été imprimées à Toulouse par J. Marqueste en 1906 en version bilingue française-occitane. Instituteur, poète et journaliste,  Prosper Estieu fut particulièrement actif dans la défense et la promotion de l’occitan. Il fonda plusieurs écoles félibréennes et fut membre de l’Académie des Jeux Floraux de Toulouse. Il fut avec Antoine Perbosc à la base de la réforme orthographique de l’occitan. Illustré d’un portrait frontispice de l’auteur sous serpente, Flors d’Occitania est le troisième livre de poésie publié par l’auteur. Prosper Estieu témoigne de sa profonde sympathie à Pierre Fons dans la dédicace. On notera que le poème A une tête de mort pages 260-261 est dédié à notre poète. Le Roussillon n’est pas oublié avec le poème Au Canigou…

Léo Larguier (1878-1950) dans Orchestres dédicace son livre à Pierre Fons, son ami.

Hélène Picard (1878-1945), seule poétesse présente ici avec Les Fresques, est née à Toulouse et a remporté plusieurs succès aux Jeux Floraux. Elle fut secrétaire et amie de Colette. Elle dédie son livre « à Pierre Fons, en remerciement de son beau livre : La divinité quotidienne ». Une poétesse qui « avec son mélange de passion ardente et d’ingénuité, [fait] couler un lyrisme chaud, chante la vie mélancolique de la province… » (Robert Sabatier, Histoire de la poésie Française).

Louis Théron de Montaugé (à ne pas confondre avec son grand-père portant le même nom) faisait partie de l’Académie des Jeux floraux. Pierre Fons est un cher ami et il est tenu en haute estime par Théron de Montaugé dans sa dédicace de La Terre qui chante parue chez Plon en 1905.

Armand Praviel (1875-1944), notamment Mainteneur de l’Académie des Jeux Floraux et Directeur fondateur de la revue « L’Âme latine », est présent avec deux livres de poésie,  Les Poèmes mystiques publié à Bruxelles et La Ronde des Cygnes publié à Toulouse aux Éditions de L’Âme latine. Il a également écrit des romans, quelques ouvrages régionalistes et se mettra « au service » du régime de Vichy avec Le maréchal Pétain raconté à la jeunesse  en 1941 aux éditions du Clocher à Toulouse. Armand Praviel décède à Perpignan.

Daniel Thaly (1879-1950), poète martiniquais régionaliste et couronné par l’Académie des Jeux Floraux pour ses Lucioles et cantharides, se fend d’un hommage à Pierre Fons dans La Clarté du Sud, édité à Toulouse par la Société provinciale d’édition en 1905. Un envoi courtois entre poètes…

Poètes « nordiques »

Paul Drouot (1886-1915), poète mort pendant la Première Guerre mondiale, assure Pierre Fons de « sa plus haute sympathie ». Sous le vocable du chêne est paru en 1910 à Paris chez Dorbon Aîné. Poète symboliste né à Vouziers dans les Ardennes, il recevra les hommages de Maurice Barrès ou d’Henri de Régnier à sa mort.

« Le matin a doré ta porte, et les érables

ont secoué le vol de leurs feuilles au vent…

l’automne par les bois s’achemine à pas lents

et les fruits déjà mûrs sont tombés sur le sable… »

Extrait de Le Jeu Docile / Georges Gaudion, 1906

En 4e de couverture du livre de Georges Gaudion (1885-1942), Le Jeu docile, un extrait du catalogue annonce que Le Réveil de Pallas de Pierre Fons est disponible à la Bibliothèque Internationale d’Edition E. Sansot & Cie en un volume in-18 jésus pour 3 F 50. Georges Gaudion fut un des auteurs du manifeste du Primitivisme opposé au Futurisme.

Francis Eon (1879-1949), poète poitevin, « simple et émouvant » mais aussi discret, se contente d’un hommage sympathique au poète dans Trois années.

Autre provincial, Léon Bocquet, poète naturiste et fondateur de la revue Le Beffroi à Lille qui dans Les Branches lourdes dédicace son livre au « poète-philosophe ».

Nicolas Beauduin (1880-1960), poète du nord également, est présent avec deux livres : Les triomphes et La Divine Folie, ce dernier dédicacé à « l’excellent critique et poète Pierre Fons ».

L’ensemble des livres présentés ici sont disponibles en consultation sur place à la BU Droit-Lettres de l’Université de Perpignan Via Domitia.

 

NB : Le livre Les Heures changeantes par Gabriel Ducos (paru chez Ficker à Paris en 1914) n’est pas présenté ici.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.