Comment fonctionne une bibliothèque numérique : Estudi, visite d’atelier

Cet article est un témoignage de l’intérieur sur les rouages d’une bibliothèque numérique patrimoniale : de la sélection du document à sa valorisation en ligne. Après bientôt 2 ans d’existence d’ESTUDI, il donne l’occasion de partager notre expérience sur la chaîne de production d’une bibliothèque numérique publique marquée par son autonomie (tout est internalisé, les principaux outils sont libres) et sa dimension artisanale (production ciblée). Cet article est en quelque sorte une visite d’atelier.

L’équipe

Derrière ESTUDI, il y a 4 personnes sur un temps de travail hebdomadaire cumulé de 10h par semaine en moyenne :

  • Le chef de projet, conservateur du Pôle numérique au sein du Service commun de documentation de Perpignan : il intervient en début (choix du corpus) et en fin de chaîne (valorisation sur les réseaux sociaux, gestion du Carnet de recherche).
  • L’opérateur de numérisation, magasinier au SCD en charge de l’atelier de reliure, qui consacre ses mardis matin à la numérisation.
  • Le chargé de mise en ligne qui traite les fichiers, les catalogue et les met en ligne dans le logiciel OMEKA. Bibliothécaire assistant spécialisé au sein du SCD, il participe aussi au Carnet de recherche et à la valorisation sur Wikipédia.
  • Un informaticien de la Direction des services informatiques pour la maintenance du logiciel OMEKA.

Le travail de sélection

Tout commence par le choix du corpus à numériser. L’essentiel des collections est issu des fonds patrimoniaux de la Bibliothèque universitaire. Plusieurs critères ont été définis :

  • concordance avec l’une des trois collections définies au lancement  : Histoire de l’Université, Archives Grando et langue catalane, Fonds Mexicain
  • rareté : nous privilégions des collections originales introuvables sur les grandes bibliothèques numériques mondiales Gallica, Google Books ou Internet Archive.
  • conformité du statut juridique avec la diffusion en ligne : nous retenons des ouvrages libres de droit appartenant au Domaine Public (placés sous Public Domain Mark),  des ouvrages pour lesquels nous avons les droits (productions de l’institution universitaire) ou pour lesquels une convention a été signée.
  • signalement préalable. On ne met en ligne que des documents inventoriés (à quelques très rares exceptions près : par exemple un document prêté par un particulier le temps de la numérisation).

Au lancement, des listes de documents et d’auteurs ont été produites mais il  arrive, à la demande d’un utilisateur, de sortir du corpus programmé. Par exemple, nous avons numérisé l’ensemble de l’œuvre de l’écrivain roussillonnais Un Tal, à la demande de Joan Peytavi, Maître de conférence en catalan, pour un étudiant travaillant à distance.  Il peut y avoir aussi des coups de cœur et des découvertes fortuites : il est intéressant de se laisser un peu de liberté.

La chaîne de numérisation

  • Prise de vue

La prise de vue se fait sur un copibook-cobalt (société I2S) acquis en septembre 2015 par le service Platinium.  Le copibook est un numériseur avec prise de vue optique zénithale, écran de prévisualisation, plateau compensateur pour respecter le document et une vitre. Il numérise jusqu’au format A2. Il est relié à un PC vers lequel transitent les fichiers.

L’espace de numérisation est une salle aveugle (un ancien local photocopie) située dans le hall de la bibliothèque Droit-Lettres. La numérisation se fait en mode image, en 400 dpi et le document produit en format TIFF. Le nommage intervient au moment de la prise en vue. L’opérateur de numérisation crée un projet pour chaque document avec des paramètres de focus et une balance des couleurs spécifiques. La numérisation peut se faire avec ou sans vitre.

Calibration avec une feuille noire et une feuille blanche.

  • Archivage

Les fichiers TIFF sont ensuite stockés dans un dossier « bibliothèque numérique » positionné sur un serveur de stockage avec double sauvegarde (dispositif mis en place avec la Direction des services informatiques). Un tableau Excel renseigne tous les documents numérisés avec leur nombre de vues et leur taille.

La chaîne de mise en ligne

  • Traitement des fichiers

Tout en gardant une copie des TIFF originaux corrigés avec le logiciel XN View (recadrage, rotation…), nous créons un jeu sous format JPEG. Ce sera le format de consultation dans OMEKA. A côté de ça, un pdf est créé à partir des JPEG : ce sera le fichier en téléchargement dans OMEKA ; c’est aussi lui qui contient l’OCR et permet d’activer la recherche plein texte.

  • Océrisation des fichiers

Pour océriser le pdf, nous utilisons le logiciel Adobe Acrobat Pro. En cliquant sur la fonction « Modifier », le pdf est océrisé intégralement. Le pdf est ensuite structuré en table des matières (« signets » dans Adobe). Il suffit enfin de l’enregistrer pour sauvegarder ces nouvelles strates de données.

  • Intégration dans la bibliothèque numérique : le logiciel OMEKA

Le logiciel choisi de bibliothèque numérique est le logiciel libre OMEKA développé par la George Mason University (Version 2.6.1). Sur le tableau de bord, pour ajouter un fichier, il faut cliquer sur « add an item » puis  cataloguer le document en DUBLIN CORE en se conformant de préférence aux prescriptions de la BnF, surtout dans la perspective d’un moissonnage par GALLICA.

Passée cette étape, vient le choix d’une collection de rattachement et la géolocalisation du document. Une indexation libre par mots-clés peut être ajoutée. Les fichiers sont ensuite téléchargés : pdf en premier puis liste des JPEG dans l’ordre des vues. Pour télécharger plusieurs JPEG à la fois, nous utilisons le plugin Dropbox.  Puis vient la publication. Le document est désormais en ligne et possède une url unique sur le modèle : https://estudi.univ-perp.fr/items/show/197

La médiation 

  • Réseaux sociaux

Les documents publiés sont valorisés sur deux réseaux sociaux :

Twitter avec le compte @EstudiUpvd

Facebook avec le compte estudi.1350

Une analyse approfondie de l’activité d’Estudi sur Twitter a été faite sur le blog Bibandclic par Karine Boyer
(responsable de Séléné, la bibliothèque numérique de la bibliothèque municipale de Bordeaux) : https://bibandclic.wordpress.com/2017/04/10/estudiupvd-la-conquete-dun-public/

  • Réseaux scientifiques et pédagogiques

Le Carnet de recherche est né de la volonté d’associer les chercheurs en les incitant à produire des billets basés sur des documents mis en ligne dans ESTUDI.

  • Enrichir Wikipédia avec la bibliothèque numérique patrimoniale et vice-versa

Afin de toucher le plus grand nombre, nous avons décidé d’utiliser l’encyclopédie contributive Wikipédia : il s’agit d’enrichir l’encyclopédie de deux façons : création ou amélioration d’articles, création de liens vers les documents numérisés. Voir article d’Olivier Savoyat sur ce même carnet : https://estudi.hypotheses.org/63

  • Moissonnage par d’autres bibliothèques numériques

L’utilisation d’un entrepôt OAI dans OMEKA permet à ESTUDI d’être moissonnée par d’autres bibliothèques numériques. Le moissonnage par GALLICA et PALANCA est ainsi dans les cartons. Celui d’ISIDORE est effectif. Il y aurait des projets à monter avec les bibliothèques catalanes et mexicaines.

Un « artisanat numérique » au service des Communs

Si l’on devait comparer ESTUDI à une chaîne de production, ce serait plus un atelier artisanal qu’une industrie. Pas de numérisation quantitative, pas d’externalisation, pas de logiciel propriétaire mais une petite structure reposant sur un investissement de départ (achat d’un numériseur), des outils libres et surtout des agents formés qui peuvent y consacrer 3 h de temps de travail par semaine. Finalement, la production de patrimoine en ligne ne se joue pas qu’à grande échelle. On peut, avec des moyens limités, avoir une production artisanale qui trouve sa place dans le paysage des communs de la connaissance.

Etienne Rouziès, Chef de projet ESTUDI

etienne.rouzies@univ-perp.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.