Photographies de Madeleine Lamberet sur l’art roman du Roussillon (1946-1949)

Un regard sur l’art roman du Roussillon en 1946

Il m’a été remis en juin 2020 une série de soixante-cinq photographies provenant des papiers de Madeleine Lamberet (1908-1999), peintre et professeur de dessin, aussi militante anarchiste connue (voir notice du Maitron). Ces photographies ont été numérisées et mises en ligne sur ESTUDI, la bibliothèque numérique de l’Université de Perpignan (lien vers l’ensemble des 63 photographies).

Ces photos correspondent à des séjours et à des visites en Roussillon, de mars 1946 à septembre 1950 et représentent principalement des monuments romans de la région, quoique non exclusivement. Dans leur très grande majorité, ces photos sont précisément datées, légendées (au dos), y notant même, une ou deux fois, des impressions personnelles ou des circonstances particulières.

Il s’agit de photos d’amateur, pas toujours bien cadrées ni même de bonne qualité technique. Elles forment cependant une série homogène (incomplète si l’on en croit certaines séries de numéros portés au dos), de même format, que l’on peut supposer avoir toujours été prises avec le même appareil, malgré leur espacement sur cinq années. Il s’agit de tirages argentiques 6/9 cm, obtenus par contact. Venant d’une artiste, cette série, bien qu’elle ne brille pas dans l’art photographique, témoigne d’un regard, d’un intérêt pour l’art roman du Roussillon, à une époque, les années 1946-1950, qui est celle de sa mise en avant et de son appropriation dans la culture locale et nationale. C’est ce qui peut constituer son intérêt.

Photographie Madeleine Lamberet. Jocs florals de la llengua catalana, 1950 : Pablo Casals faisant son discours. Palais des Rois de Majorque de Perpignan. coll. Privée.

D’après les dates portées au verso, on peut présumer d’une douzaine d’excursions ou voyages : 31 mars 1946, 20 février 1947, mai 1947, août 1947, 24 octobre 1947 ; août 1948, 12 septembre 1948, 2 octobre 1948 ; 24 avril 1949, août 1949, 4 septembre 1949 ; enfin les 5 dernières photos ne sont ni datées ni annotées mais représentent les Jeux floraux de la langue catalane en exil, qui se sont tenus à Perpignan le 24 septembre 1950, sous la présidence de Pablo Casals.

Les annotations sont, semble-t-il, de sa main, mais les photos sont-elles l’œuvre de Madeleine Lamberet elle-même ? Figurant sur quelques unes, il est de ce fait possible qu’elles soient en partie, ou même en totalité, d’une autre main, celle d’un (ou une) accompagnateur ou compagnon de voyage. Les circonstances de ces prises de vues ne se laissent, en fait, pas deviner aisément. A cette époque, Madeleine Lamberet est professeur de dessin de la ville de Paris et, faute de connaître sa situation personnelle exacte, on a du mal à l’imaginer faisant, dans l’année 1947 par exemple, quatre fois le voyage vers le Roussillon. Une partie, au moins, des photos auraient-elles été prises par quelqu’un d’autre, hors de sa présence et lui auraient-elles été adressées en raison de son intérêt pour le sujet ? C’est possible. Mais, d’autre part, le soin porté à leur annotation (après coup ?) suppose plutôt un vécu personnel ; les dates portées au revers des photos peuvent d’ailleurs correspondre — ce serait à vérifier — à des périodes de vacances scolaires.

Le programme auquel correspond cette série est évidemment, principalement, l’art roman, avec un sujet récurrent : le prieuré de Serrabona (au moins quatre visites, 27 images en tout, 40 % de l’ensemble), où elle exprime, au dos d’une photo, son admiration : « extase esthétique » (7 août 1949).

Photographie M. Lamberet. Serrabona, 28 août 1948 : arrivée. Coll. privée.

Cependant, on note aussi un attrait pour des rassemblements ou des fêtes locales : l’aplec du lundi de Pentecôte à Serrabona (26 mai 1947), la fête patronale du village d’Oreilla le 15 août 1948, une grande fête et cérémonie le 12 septembre 1948 à Saint-Michel-de-Cuxa, la fête patronale d’Olette le 4 août 1949, un festival de danses folkloriques à Amélie-les-Bains le 4 septembre 1949 et les Jeux floraux en 1950, précédemment cités. A côté de ces sujets, il n’y a qu’une visite au Cimetière marin de Sète (la tombe du poète Paul Valéry, 7 mai 1948), à Port-Vendres (24 avril 1949) et une excursion au lac des Bouillouses (10 août 1949). Ce tableau d’ensemble fait penser que Madeleine Lamberet ne réalise pas ces excursions seule, mais qu’elle se trouve accompagnée par une ou plusieurs personnes et que ces personnes sont sans doute des Roussillonnais. La visite au cloître d’Elne, au début de la série (31 mars 1946, un dimanche) comporte une ascension au clocher qui nécessite sans doute un contact particulier avec le curé ou la municipalité. Un jeune homme, d’environ 16 ou 17 ans, apparaît plusieurs fois sur les photos, en 1947. Le lundi de Pentecôte à Serrabona, ou la cérémonie du 12 septembre 1948 à Saint-Michel-de-Cuxa ont en outre une tonalité religieuse (cette dernière étant d’ailleurs un aplec exceptionnel en l’honneur de la Vierge, destiné à restaurer un pèlerinage) qui devrait pas avoir attiré spontanément notre anarchiste, mais qui s’explique mieux dans un agenda local. Madeleine Lamberet pouvait évidemment avoir certaines amitiés ou relations dans le pays, qu’elle fréquentait depuis de nombreuses années. Dès les années Vingt, alors qu’elle et sa sœur, Marthe (qui devait épouser Alfred Sauvy en 1932), faisaient leurs études artistiques à l’École des Arts décoratifs, la famille Lamberet apparaît, d’après des restes de correspondance trouvés dans ses papiers, en relation avec des artistes présents en Roussillon, comme Hanicotte ou Gaspard Maillol. Madeleine et ses sœurs Renée et Marthe, mais sans doute aussi leurs parents et leur plus jeune frère, Pierre, connaissaient le pays, la Catalogne, l’Andorre. Renée et Madeleine étaient parvenues, comme cela a été raconté, à entrer en Espagne (par la Cerdagne et la Seu d’Urgell) en 1936, au moment de la révolution et de la Guerre civile et se lièrent à ce moment-là avec le mouvement anarchiste. C’est dans ce milieu activiste que Madeleine rencontrera, en 1949, le bulgare Georges Grigorov, qui deviendra son compagnon. Plus tard, vers 1965, Madeleine et Georges achèteront des maisons à Eus, où ils viendront en vacances.

La série de photos se place donc à une époque où Madeleine Lamberet passe la quarantaine, disposant d’une situation stable à Paris et poursuivant son activité artistique, en parallèle avec le militantisme. C’est sur le versant de sa pratique artistique et d’un attrait réel pour ce pays, le Roussillon, que ces images prennent place.

Du point de vue de la culture locale et de l’art roman, cette époque est particulière. Les édifices romans du Roussillon sont, en effet, la principale « signature » artistique de ce territoire, nombreux, importants, ornés, certains connus depuis le XIXe siècle, plus ou moins notoires comme le cloître d’Elne ou le linteau de Saint-Genis-des-Fontaines, considéré comme la plus ancienne sculpture romane datée (1019-1020) en Occident. Cependant, aucune recherche particulière ne les a concernés jusqu’ici, alors que les études médiévales se sont développées durant le premier demi-siècle. Le premier livre qui en traite est un livre descriptif, de E. Mourrut, illustré par J. Falaize, L’Art roman en Roussillon, publié en 1932. De son côté la Catalogne, avec l’œuvre de Josep Puig i Cadafalch —en partie réalisée lors de son premier exil à Paris en 1925-1928— a placé l’art roman sous les feux de l’actualité scientifique européenne, tout en l’associant à l’identité catalane, thème auquel le Roussillon peut se trouver réceptif. Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, l’art roman du Roussillon est donc un sujet prometteur, mais encore vierge, qui n’attend que des chercheurs. Un jeune agrégé d’histoire, Marcel Durliat (né en 1917, il fera ensuite la carrière que l’on sait) prend son premier poste au Lycée Arago de Perpignan en 1945. Très vite intéressé par l’histoire de l’art, il entreprend de défricher l’histoire de la sculpture romane roussillonnaise, rapidement écouté et épaulé par les élites locales de l’époque. En 1947-1948, il est suffisamment avancé dans son travail pour le restituer sous la forme d’un « cours public » et, en juillet 1948, paraît aux éditions de La Tramontane (Charles Bauby), le premier tome de son livre consacré à La Sculpture romane en Roussillon, qui en comportera quatre, publiés jusqu’en 1954 et plusieurs fois réédités.

Photographie M. Lamberet. Elne, 20 février 1947 : Marcel Durliat commentant des chapiteaux du cloître. Coll. privée.

On pourrait presque considérer que ce livre est le guide des excursions de Madeleine Lamberet. Il est certes paru après les visites correspondant aux photos de 1946 et 1947, mais plusieurs photos fournissent un indice : l’une, émouvante, représente Marcel Durliat lui-même, commentant les chapiteaux du cloître d’Elne devant un public, le 20 février 1947. Il est probable que le « cours public » dont on a parlé ne se faisait pas en salle, mais sur le terrain, au moins en partie. Les autres, relatives à la fête à Saint-Michel de Cuxa le 12 septembre 1948 permettent de relier la participation de Madeleine Lamberet à un programme qui comportait aussi une « splendide conférence » de Marcel Durliat sur l’histoire du lieu. Sans faire d’hypothèses trop hasardeuses, on peut situer dans ce public qui écoute le jeune et brillant professeur la ou les relations qui accompagnent Madeleine Lamberet dans ses excursions roussillonnaises et romanes de l’immédiat après-guerre.

Olivier POISSON – Historien et architecte, Conservateur général du Patrimoine honoraire

 



Citer ce billet
olivierpoisson (2021, 21 janvier). Photographies de Madeleine Lamberet sur l’art roman du Roussillon (1946-1949). ESTUDI. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ojoc

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.