Comment fonctionne une bibliothèque numérique : Estudi, visite d’atelier

Cet article est un témoignage de l’intérieur sur les rouages d’une bibliothèque numérique patrimoniale : de la sélection du document à sa valorisation en ligne. Après bientôt 2 ans d’existence d’ESTUDI, il donne l’occasion de partager notre expérience sur la chaîne de production d’une bibliothèque numérique publique marquée par son autonomie (tout est internalisé, les principaux outils sont libres) et sa dimension artisanale (production ciblée). Cet article est en quelque sorte une visite d’atelier.

L’équipe

Derrière ESTUDI, il y a 4 personnes sur un temps de travail hebdomadaire cumulé de 10h par semaine en moyenne :

  • Le chef de projet, conservateur du Pôle numérique au sein du Service commun de documentation de Perpignan : il intervient en début (choix du corpus) et en fin de chaîne (valorisation sur les réseaux sociaux, gestion du Carnet de recherche).
  • L’opérateur de numérisation, magasinier au SCD en charge de l’atelier de reliure, qui consacre ses mardis matin à la numérisation.
  • Le chargé de mise en ligne qui traite les fichiers, les catalogue et les met en ligne dans le logiciel OMEKA. Bibliothécaire assistant spécialisé au sein du SCD, il participe aussi au Carnet de recherche et à la valorisation sur Wikipédia.
  • Un informaticien de la Direction des services informatiques pour la maintenance du logiciel OMEKA.

Le travail de sélection

Tout commence par le choix du corpus à numériser. L’essentiel des collections est issu des fonds patrimoniaux de la Bibliothèque universitaire. Plusieurs critères ont été définis :

  • concordance avec l’une des trois collections définies au lancement  : Histoire de l’Université, Archives Grando et langue catalane, Fonds Mexicain
  • rareté : nous privilégions des collections originales introuvables sur les grandes bibliothèques numériques mondiales Gallica, Google Books ou Internet Archive.
  • conformité du statut juridique avec la diffusion en ligne : nous retenons des ouvrages libres de droit appartenant au Domaine Public (placés sous Public Domain Mark),  des ouvrages pour lesquels nous avons les droits (productions de l’institution universitaire) ou pour lesquels une convention a été signée.
  • signalement préalable. On ne met en ligne que des documents inventoriés (à quelques très rares exceptions près : par exemple un document prêté par un particulier le temps de la numérisation).

Au lancement, des listes de documents et d’auteurs ont été produites mais il  arrive, à la demande d’un utilisateur, de sortir du corpus programmé. Par exemple, nous avons numérisé l’ensemble de l’œuvre de l’écrivain roussillonnais Un Tal, à la demande de Joan Peytavi, Maître de conférence en catalan, pour un étudiant travaillant à distance.  Il peut y avoir aussi des coups de cœur et des découvertes fortuites : il est intéressant de se laisser un peu de liberté.

Lire la suite

ESTUDI : une bibliothèque numérique au service de la valorisation du patrimoine universitaire

La bibliothèque universitaire de l’Université de  Perpignan conserve des collections patrimoniales variées : archives littéraires catalanes, livres anciens, bibliothèque de l’Institut d’Etudes Mexicaines, ouvrages relatifs à l’histoire de l’université.

capturejaume

Manuscrit du Traité des secondes noces de Joseph Jaume, 1791. Collection Bibliothèque universitaire de Perpignan. Domaine Public.

Cet ensemble intéressant d’un point de vue scientifique était jusque-là difficilement accessible. Afin qu’il soit mieux connu, identifié et valorisé, un projet de bibliothèque numérique a été monté par la bibliothèque universitaire, à l’instar des grandes bibliothèques numériques universitaires comme Babordnum à Bordeaux, Tolosana à Toulouse ou encore la Bibliothèque patrimoniale numérique de Mines ParisTech.

Après un an de travail (septembre 2015-décembre 2016), la bibliothèque numérique va être officiellement lancée le 15 décembre 2016. Elle s’appelle ESTUDI (prononcez « estoudi », c’est du catalan) avec pour sous-titre « Perpinyà 1350 ». Son nom renvoie au mot « étude » en catalan et à la dénomination catalane de l’université au Moyen Age : « Estudi major ». Quant à « Perpinyà 1350 »1, c’est un clin d’oeil à la fondation médiévale de l’université.

ESTUDI propose au feuilletage et au téléchargement des manuscrits, imprimés, photographies, cartes organisés en collections : Histoire de l’Université, Archives Charles Grando et langue catalane, Fonds mexicain. Pour les ouvrages imprimés où le traitement par reconnaissance de caractères a été possible, il permet de faire des recherches plein texte.

ESTUDI a été construit par la Bibliothèque universitaire et la Direction des services informatiques de l’Université en utilisant le logiciel libre Omeka, logiciel majoritaire dans les bibliothèques numériques universitaires.

ESTUDI est engagé du côté de l’Open Access : les documents appartenant au Domaine Public sont sous licence Public Domain Mark et les oeuvres sous droits placées sous Creative Commons.

ESTUDI n’aurait pas pu voir le jour sans l’acquisition par le service Platinium d’un numériseur adapté aux documents fragiles et anciens qui permet une numérisation HD.

La bibliothèque numérique sera présente sur les réseaux sociaux (twitter et facebook). Construite avec le logiciel Omeka, elle possèdera son entrepôt OAI-PMH et pourra donc être moissonnée par d’autres (Isidore, BnF, bibliothèques catalanes…).

Enfin, ESTUDI est dotée d’un carnet Hypothèses afin de développer la recherche et la médiation autour du corpus numérisé.

Etienne Rouziès / Chef de projet ESTUDI

  1. Aymat Catafau, « Les débuts de l’Université sous les rois d’Aragon », L’Université de Perpignan, l’une des plus anciennes universités d’Europe, Presses universitaires de Perpignan, 2013, p.11-69 []

ESTUDI : le carnet de la Bibliothèque numérique patrimoniale de l’Université de Perpignan

estudi-capture

Ce carnet est consacré à la bibliothèque numérique patrimoniale de l’Université de Perpignan : ESTUDI. Alimenté par les bibliothécaires et les chercheurs, il propose des articles sur les collections mises en ligne : Langue catalane, Fonds Mexicain, Histoire de l’Université de Perpignan. Il se fait aussi l’écho des réflexions menées sur la numérisation et la constitution de bibliothèques numériques. Le projet ESTUDI initié par le Service commun de documentation de Perpignan en 2015 aboutira fin 2016 au lancement d’une bibliothèque numérique patrimoniale pluridisciplinaire construite avec le logiciel libre Omeka.