Au fil des dédicaces : la bibliothèque poétique du poète Pierre Fons

Vœu

Lorsque je serai mort loin de ce lit d’enfant

Où mes rêves craintifs dormaient près de mon père,

La Nuit me mènera las enfin de chimère

Au tombeau des aïeux dont j’ai rêvé souvent.

Pierre Fons

Dos de livres ayant appartenu à Pierre Fons

Le poète Pierre Fons (1880-1917) vient de rejoindre les fonds de la Bibliothèque Universitaire Droit-Lettres de l’Université de Perpignan Via Domitia avec un petit nombre de volumes de poésies d’auteurs français publiés au début du XXe siècle. Ils constituent un ensemble assez remarquable car 17 de ces volumes sur 19 possèdent un autographe adressé à Pierre Fons. Contemporains de Pierre Fons et oubliés aujourd’hui, ces auteurs ont pourtant marqué la production poétique du début du siècle, entre symbolisme, renaissance classique et « régionalisme ». Cet ensemble permet d’entrevoir les relations entre ces différents poètes, entre envois formels et envois affectifs, mais également et plus subtilement entre deux régions, l’une occitane, l’autre catalane (le Roussillon). Pierre Fons meurt « pour la France » le 23 avril 1917 à Cambo-les-Bains dans les Pyrénées-Atlantiques.

Petite biographie

Une Anthologie des poètes du Midi : morceaux choisis accompagnés de notices biographiques et d’un essai de bibliographie… par Raoul Davray & Henry Rigal parue à Paris chez Ollendorff en 1908 [texte en ligne] donne la biographie suivante du poète :

« Né à Toulouse le 16 juillet 1880, M. Pierre Fons, qui appartient à une famille d’érudits et de jurisconsultes aux lointaines origines italiennes, a fait au lycée de sa ville natale des études distinguées ; en finissant sa licence en droit, il commença de collaborer à de nombreuses revues méridionales et donna quelques plaquettes hors commerce ;
à 23 ans, Maître es Jeux Floraux, le jeune poète publia, avec une préface du noble romancier Emile Pouvillon, un volume d’élégies : l’Heure amoureuse et funéraire, dont l’Académie française a remarqué justement l’art subtil et la délicate passion. Essentiellement curieux, d’ailleurs, d’esthétique et de pensée, M. Fons travailla, dès lors, sans abandonner toutefois la poésie et parmi quelques voyages en France et en
Italie, à son important volume de prose, le Réveil de Pallas, série d’études critiques riches, pour les lettrés, d’une haute intelligence sensible. En 1907, il a écrit le Sully-Prudhomme
de la collection les Célébrités d’aujourd’hui et il fit en même temps dans la collection Scripta Brevia de l’éditeur Sansot une curieuse interprétation de la Renaissance italienne : le Décor du Quattrocento. A cette heure, vient de paraître son volume de nouveaux poèmes, plutôt philosophiques, la Divinité quotidienne. Ajoutons que M. Pierre Fons, soucieux aussi d’action pratique, est pour l’instant conseiller de préfecture de la Haute-Marne, tout en demeurant de cœur fidèle à sa patrie toulousaine qui a souvent fêté en lui, outre le très vrai poète, un conférencier écouté et le promoteur d’un beau théâtre de la nature ».

« Pierre Fons est un poète grave, hautainement mélancolique : une mystique inquiétude habite son âme ; il est profondément religieux, donc douloureux, émouvant…. » disait de lui Lucien Maury. Pierre Fons s’inscrit dans le symbolisme, influencé par la poésie du XIXe siècle.  Localement il est Maître es Jeux à l’Académie des Jeux Floraux de Toulouse et fait partie d’une école toulousaine, groupée autour de Marc Lafargue. Parmi ces poètes Georges Gaudion, Hélène Picard, Armand Praviel que nous retrouvons dans la bibliothèque de Pierre Fons. Signe annonciateur d’une renaissance classique pour Robert Sabatier (Histoire de la poésie Française, La poésie du 20e siècle. I, Tradition et évolution. Albin Michel, 1982) , où les poètes du sud de la Loire se vouaient « à une sorte de renaissance latine ». Léo Larguier en fait partie également. Petit parcours poétique à l’aune des dédicaces : Lire la suite

Les fonds patrimoniaux de la Bibliothèque universitaire de Perpignan

Des collections aux multiples visages

Constitués de plus de 10 000 imprimés auxquels s’ajoutent les archives et photographies, les fonds patrimoniaux de la Bibliothèque universitaire de Perpignan se développent dans deux directions : conserver la mémoire de l’Université et des établissements d’enseignement locaux ; témoigner de la vitalité intellectuelle, littéraire, culturelle de la Catalogne nord.

Conserver la mémoire de l’Université et des établissements d’enseignement locaux

Le noyau de départ du fonds patrimonial est un ensemble d’ouvrages du XVIe au XVIIIe siècle issu de la succession Lafabrègue et ayant appartenu à des professeurs de l’Université de Perpignan tels les Jaubert-Campagne ou les Jaume. D’autres ouvrages sont issus des collections du Collège royal de Perpignan, tenu par les Jésuites. Si la théologie et le droit y dominent, l’histoire, la médecine et l’économie y sont également présents. Le fonds Félicien et Henri Maudet présente quant à lui les bibliothèques personnelles d’un supérieur du Grand séminaire de Perpignan et  d’un avocat : il permet de comprendre la culture de deux frères qui ont connu une ascension sociale rapide dans la première moitié du XXe siècle. C’est un témoignage sur la culture pédagogique des clercs.

Joseph Jaume, Traité des secondes noces, manuscrit du XVIIIe siècle. Coll. Bibliothèque universitaire de Perpignan. Disponible en ligne sur Estudi : https://estudi.univ-perp.fr/items/show/10

De cette période date aussi la Bibliothèque générale du Collège de garçons de Perpignan que nous a donnée le lycée Arago. Cet ensemble de près d’un millier d’ouvrages est un témoignage magnifique de ce qui composait la bibliothèque d’un grand établissement scolaire de la IIIe République. S’y retrouvent les grands noms de la littérature classique, les historiens du roman national, les intellectuels positivistes. Lire la suite